Critique 12 Monkeys saison 4 : série intemporelle, exceptionnelle

Après une épopée temporelle à nulle autre pareille, la saison 4 (notre critique du season premiere) de 12 Monkeys vient de sonner la fin d’une série exceptionnellement complexe qui restera à jamais dans les mémoires.

Une belle récompense. Face au paradoxe apocalyptique créé par le Témoin, les voyageurs du temps iront aux confins de l’Histoire pour l’en prévenir. Afin de conclure 12 Monkeys en beauté, Syfy se devait de répondre aux nombreuses questions en suspend pour glorifier cette envolée temporelle. C’est chose faite lors d’une quête aux McGuffins allant de l’Allemagne nazie au Moyen-Âge crotteux pour finalement s’achever dans le futur steampunk. On découvre le dessous des cartes grâce à des flashbacks et flashforwards qui n’auront jamais été autant à propos, proposant une série intense, jamais égalée dans son propre genre.

Déjà culte. Esquissée avec l’image du père et de la mère, cette quatrième et dernière saison de 12 Monkeys propose une conclusion s’appuyant sur la famille au complet et sur l’amour, force immuable et intemporelle. En capillotractant chaque détail, chaque scène déjà vue, la série rend un dernier hommage émouvant au film éponyme de Terry Gilliam. Après s’en être émancipé, le rejeton est devenu autonome, monstrueux et intemporel. Un classique.

La saison 4 de 12 Monkeys est disponible sur Syfy.

Avis

9 Immortelle
  • User Ratings (1 Votes) 9

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply