Crash Bandicoot On the Run, c’est de la m****

Nous nous sommes prêtés à un exercice, une expérience de pensée télescopée en expérience véritable. Comment se porte notre cher jeu mobile gratuit type ? Le gacha game sous toutes ses formes et sous toutes ses resplendissantes couleurs. Quel goût a donc Crash Bandicoot On the Run !, le dernier né des usines Kings, rien que pour voir, rien que pour en rire et sans doute aussi, en pleurer.

Crash Bandicoot On the Run ! est un runner sans idée, le genre de chose qui vous rappelle que rien n’a vraiment changé depuis Temple Run ou Subway Surfer. Seule nouveauté, la multiplication des leviers d’achats.

Drôle de farine pour Crash Bandicoot

Dans Crash Bandicoot, vous avez de nombreuses ressources disposées dans différents environnements, non générés procéduralement – ce qui nous étonne beaucoup soit dit en passant. Une fois celles-ci récupérées, il faut attendre un certain temps (plusieurs heures) pour qu’elles se régénèrent et réapparaissent dans le niveau. Ces ressources vous permettent de fabriquer les objets nécessaires pour défier les Boss et poursuivre l’aventure en débloquant au passage de nouveaux environnements et de nouvelles machines pour votre île.

Tous ces systèmes et différentes ressources ne sont pas là pour masquer le creux sidéral de sa proposition de gameplay et bien entendu pour multiplier les frustrations et leviers de monétisation. Fabriquer un objet prend du temps réel, il faut attendre que les ressources se régénèrent, il faut aller dans la boutique et passer devant tous les jolis contenus payants pour accéder à votre bonus journalier gratuit, on vous donne des miettes de monnaie payante comme pour vous initier à la cocaïne, c’est rempli de ce genre de saloperies. C’est un produit – ce n’est plus du jeu vidéo à ce stade – proprement malveillant avec son consommateur – nous ne sommes plus des joueurs non plus à ce niveau là.

Robert Kotick Crash On the Run

C’est un casino en ligne avec une peau morte de bandicoot sur les épaules, y jouer c’est un peu comme être la serpillière de Robert Kotick. C’est un “jeu” qui ne respecte pas son joueur- et ce n’est malheureusement pas le seul. Il en a contre votre temps et votre argent, quitte à torcher son game design. Creux, inintéressant, déjà joué, activement médiocre, on pourrait additionner et substituer les qualificatifs de ce genre pendant des heures. Dangereusement agressif dans ses routines de jeux mobile, c’est le portrait de la médiocrité, un jeu Facebook le tout sous les traits d’une licence réputée.

Le pire, c’est qu’il y a des problèmes de connexion dans tous les sens, avec des menus qui chargent indéfiniment par exemple. Un problème agravé par l’impossibilité de simplement lancer une partie si on n’est pas connecté à internet… dans un jeu mobile solo. Le tutoriel aussi dure des plombes, presque une demie heure. Ce genre de jeu devrait aller droit à l’essentiel, là on se retrouve avec des pop up qui nous expliquent qu’il nous manque de l’écorce de mes bourses pour fabriquer du sérum de miches, sérieux ? On est où là ? Une vraie usine à pets.

Il n’y a rien à dire puisqu’il n’y a proprement rien à jouer dans Crash Bandicoot On the Run ; qu’un runner mou et facile, qui multiplie les fausses complexités avec des “améliorateurs d’améliorations” et autres boucles de farm qui se mordent la queue en se refermant sur leur propre non sens. Quelle drôlerie en plus d’arriver 10 ans après la guerre, ce qui ne l’empêche pourtant pas d’être déjà un juteux investissement pour Kings. Si vous voulez jouer à du Crash, allez donc vers le quatrième épisode et si vous l’avez déjà fait, rebroussez chemin, passé la marque au sol, il n’y plus rien à voir d’intéressant, que les abysses du Play Store.

Another World

Plutôt que continuer à donner du temps à des “jeux” qui se foutent de la tête du monde, on a décidé de dédier un peu de notre énergie à une bien meilleure cause, mieux encore que la faim dans le monde, le sexisme régulier, la destruction des écosystèmes ou le mal de dos chez Amazon, nous on s’intéresse aux jeux mobiles gratuits mais bien. On a fait une petite liste, on va donc vous la lire et vous laisser vous imprégner de jeux vidéo qu’on espère, plus fréquentables :

Si vous êtes prêts à débourser quelques modestes deniers :

Crash Bandicoot On the Run ! est disponible depuis le 25 mars sur Android et iOS, voilà, mais on ne vous dit pas ça pour que vous alliez y jouer non plus.

About Author

Amateur de thé vert, de jeux PC et joueur aux obédiences patentées, vous le trouverez sûrement penché sur un obscur puzzle game ou sur un forum à disserter d’ergonomie jusqu’à des heures indues. Si vous êtes d'accord avec lui, c’est certainement qu’il n’est pas d’accord avec vous.

Leave A Reply