[Test] Furi, le bonbon retro-hardcore de l’été

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Depuis plusieurs années, l’armure du boss s’est pas mal fissurée. Autrefois étapes aussi incontournables que marquantes, ces affrontements sont devenus plus timides. Furi fait partie de ces titres redorant le blason du Boss-Fight.

Du pattern à l’ancienne. The Game Bakers a joué à fond la carte du old school: le titre est uniquement composé de boss. Les combats ont une douce saveur d’antan associant l’amertume de la difficulté à l’explosion de la victoire. Alternant entre phases à distance façon shoot’em-up et phases au corps à corps flirtant avec le beat’em-up, ces rixes vont vous donner du fil à retordre. Chaque barre de vie de l’adversaire correspond à un pattern à la difficulté grandissante. Comme avant, nos réflexes et notre sens de l’observation seront nos meilleurs alliés.

Stéréo et technicolor. Message d’amour aux années 90, l’ambiance va ramener un paquet de joueurs quelques années en arrière. Avec ses tons acidulés, son inspiration animée, sublimée par Takashi Okazaki, le jeu fait écho à une bande-son électro-post-rétro que ne renierais pas un certain Hotline Miami.

Furi est un voyage dans le temps qui parlera forcément plus aux joueurs d’un certain âge. Les développeurs ont sût concentrer l’essence du boss-fight et proposer un titre hardcore. Une sublimation d’affrontements mémorables, un condensé de bravoure ludique.

Pour aller + loin

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.