[Critique] Dear White People S01: parfaitement borderline

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dear White People, accrochez-vous cette série va vous rendre dingue. Adaptée du film qui avait fait le buzz à Sundance, la nouvelle création Netflix frappe fort en nous forçant à nous réveiller.

Chronique d’un racisme ordinaire. Au cœur de la prestigieuse université de Wincester, blancs et noirs vivent en parfaite harmonie…ou pas. Au fil des épisodes, la série s’amuse à mettre en lumière un cruel racisme ordinaire où lorsqu’un prof pose une question sur les esclaves, tous les étudiants se tournent vers la seule étudiante noire. C’est cruel, politiquement incorrect mais d’un réalisme effrayant. C’est en prenant ce type de détails qu’on préfère ignorer que la série marque un coup de maître

Du rire aux larmes. La force de Dear White People s’exprime à travers les yeux de ses personnages et particulièrement de Sam. L’héroïne forte de la série n’hésite pas à être borderline quand il le faut, quitte à s’attirer les foudres de ses camarades blancs…et noirs. Si les épisodes provoquent avec un certain humour bien corrosif, ils n’hésitent pas à frapper où ça fait mal en s’attaquant à des sujets plus sensibles et sérieux dont on est les témoins silencieux. Mais il n’est jamais trop tard pour se réveiller.

Dear White People est disponible sur Netflix depuis le 28 avril 2017.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.