Critique Osmosis saison 1 : le grand amour se fait toujours attendre

Résolument ambitieuse, la troisième production française de Netflix s’aventure dans le délicat genre de la science-fiction à travers la question du grand amour et de la technologie. Malheureusement, Osmosis accumule trop de maladresses pour devenir une référence.

Qui n’a jamais voulu arrêter de s’interroger sur ses relations amoureuses, se demander si la personne qui partage son quotidien est la bonne ? Après la catastrophique Marseille et la gnangnan Plan Coeur, Netflix persévère dans ses productions françaises. Inspirée d’une web-série apparue sur Arte en 2015, Osmosis propose un pitch de départ vraiment accrocheur. Dans un futur proche, une start-up parisienne (du nom de la série) s’apprête à lancer une application qui permet à ses utilisateurs, via un implant, de trouver LA personne faite pour eux.

Voir une série française prendre des risques et proposer autre chose que des histoires croquignolesques est une vraie bouffée d’oxygène, c’est une certitude. Mais autant le dire tout de suite, les huit épisodes d’Osmosis auront bien du mal à capter les spectateurs. Si la majorité du casting porté par Hugo Becker et Agathe Bonitzer est solide (mention spéciale à Yuming Hey dans le rôle troublant de Billie), certains personnages ont le charisme d’une huitre. Autre point d’écueil, la représentation de ce Paris du futur. Si les idées ne manquent pas, la série tombent souvent dans les clichés (des néons, des néons et encore des néons) et ne maîtrise pas totalement son sujet.

Osmosis : Tinder 2.0

Après quelques épisodes, on se demande vraiment où la série veut aller. Plusieurs intrigues s’entremêlent mais restent sous exploitées pour vraiment apporter du poids au propos de la série. D’autant que de trop nombreux dialogues souvent mal écrits viennent plomber un rythme qui ne décolle jamais vraiment. Le constat semble sévère, mais la déception est de mise après un résumé si alléchant. Enfin, si elle s’en éloigne, la série souffre indéniablement de la comparaison avec Black Mirror.

Pour autant, tout n’est pas à jeter. Le show a le mérite de questionner le spectateur sur la place de la technologie dans nos vies. Doit-elle tout décider à travers un algorithme et connaître les moindres recoins de notre subconscient ? Des questions intéressantes à l’heure où “ l’amour “ peut se trouver en quelques secondes en swipant à gauche ou à droite.

Les points négatifs prennent le dessus sur les positifs, mais Osmosis devrait quand même trouver son public grâce à son originalité et ses sujets actuels. Beaucoup de choses à améliorer, mais ne perdons pas espoir au cas où une saison 2 verrait le jour.

La saison 1 de Osmosis est disponible sur Netflix. 

Avis

4.5 Le fond sans la forme
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Un commentaire

Leave A Reply