[Critique] I Am Not Madame Bovary : force et honneur (et administration) !

I Am Not Madame Bovary de Happiness Distribution, nous fait voyager au cœur de la Chine à travers le combat d’une femme déterminée à faire valoir ses droits…

Une sombre blague. Inspiré du roman «Je ne suis pas une garce» (Wo bu shi Pan Jinlian) de Liu Zhenyun, le film de Feng Xiaogang nous entraîne dans une narration où les aberrations s’enchaînent. L’ensemble délivre une satire au premier abord amusante, mais à la conclusion acide sur l’administration chinoise. La forêt que cache l’arbre est telle qu’on se demande si les fonctionnaires communistes ne sont pas plus capitaliste qu’en occident.

Magnifiquement réalisé. Toronto, San Sebastian, Asian Film Awards, Golden Horse, le film a remporté de nombreux prix. Dès les premières images, on comprend pourquoi. La réalisation, soignée, allie une musique magnifique à des plans de caméra choisis, entourés de cadres changeant au fil des métaphores souhaitées. Les perspectives et les décors aux couleurs d’aquarelles mettent parfaitement en valeur la très jolie Fan Bingbing, toujours juste dans son interprétation. I Am Not Madame Bovary reste un film à ne pas rater pour les amoureux du Pays du Milieu !

I Am Not Madame Bovary sortira en salles le 5 juillet 2017.

Avis

8.5 Sombre mais beau !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Co-créatrice d’ITC, grand manitou « Support » du site, toujours prête à soutenir ses « ADC » ou ses rédacteurs, elle encourage de la même manière, corps et âmes, les meilleurs jeux vidéo, qu’ils soient AAA ou petites productions sans prétention. Elle se réserve toujours quelques cartouches pour les baratineurs et les fautes d’orthographes.

Leave A Reply