[Critique] Cinquante Nuances Artificielles de Grey

L’attente de ces dames arrive enfin à son terme. L’ultra-médiatisé Cinquante Nuances de Grey ouvre la porte de sa chambre rouge cinématographique, levant le mystère sur cette adaptation d’un bestseller de la littérature érotique. Le contrat de Monsieur Grey est-il acceptable ?

Faisant taire les sceptiques de la première heure, Jamie Dornan et Dakota Johnson livrent une prestation à la hauteur de leurs personnages. Même chose du côté de la réalisatrice Sam Taylor-Johnson dont la caméra capte le moindre détail. La photographie et la bande-son, soignées, laissent entrevoir un film de gros calibre.

Comme dépassé par le poids sa notoriété prématurée, Cinquante Nuances de Grey ne se montre pas à la hauteur du désir promis. Malgré la bonne volonté, l’ensemble manque de naturel. Froid, le long-métrage en devient artificiel. La relation entre Christian et Anastasia pue le factice et les dialogues sombrent dans la niaiserie profonde. Les longueurs enfonçant le clou sur cette amourette maladroite.

Cinquante Nuances de Grey se saborde par sa retenue, à la fois dans les interactions et dans son once de scènes vraiment chaudes. Désolé Monsieur Grey, cette sexpérience nous procure trop peu de plaisir.

Cinquante Nuances de Grey sort le 11 février 2015

Retrouvez un second avis sur le  film 100% féminin !

Avis

4 Grey fait grise mine
  • User Ratings (3 Votes) 3.2

About Author

Avatar

Leave A Reply