[Critique Blu-Ray] Desperate Hours, Michael Cimino disparu

Pinterest LinkedIn Tumblr +

NDLR : Retrouvez notre test technique et celui des bonus en bas de l’article.

Pour son sixième film, Michael Cimino se frotte à l’exercice du remake en réadaptant le Desperate Hours de William Wyler. Il affronte également le défi du huis-clos en filmant la prise d’otages d’une famille bourgeoise par un criminel mystérieusement poli. Seulement voilà, Cimino ne s’épanouit guère en intérieur et jouit lors de la production d’une réputation de cinéaste mégalomane.

La résultante sera à n’en pas douter terriblement bancal et anecdotique. Attention, on parle bien d’une œuvre accessoire dans la carrière de Michael Cimino, qui use de ses mains de maître pour soigner la mise en images. En témoigne l’inoubliable séquence de fuite de David Morse, au lyrisme éclatant, mystérieusement métaphysique, et qu’on jurerait échappé d’une grande œuvre. Ce que n’est pas Desperate Hours.

Ses interprètes ont beau ne faire aucune fausse note, le long-métrage est abimé par ses soucis de production. Ceux-ci laissent transparaitre les trous béants du récit, qui suture ses plaies au mieux. D’un thriller aventureux, le projet se transforme en banale série B. C’est surtout son sous-texte à l’abandon, où la blanche bourgeoisie se mue en sauvage revancharde, qui laisse sur une sensation amère, néanmoins indispensable pour tout cinéphile curieux.

Desperate Hours est disponible en Blu-Ray, DVD & VOD. De Cimino sort également grâce à Carlotta l’immense L’Année du Dragon dont vous retrouverez notre test en cliquant sur ce lien.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.