[Critique] Battle of the Sexes sans monter au filet

Le tennis a les honneurs des salles de cinéma en ce moment puisque peu après Borg/McEnroe, on retourne sur le court avec Battle of the Sexes. Sauf que là, l’enjeu est totalement différent !

Pas assez puissant. Loin de s’intéresser vraiment au sport en tant que tel – on verra finalement peu la raquette taper la balle – le duo Jonathan Dayton et Valerie Faris (Little Miss Sunshine) prend le parti de nous parler de féminisme dans les années 70. Une belle idée sabotée quelque peu par le tandem incapable de donner du rythme et de l’intensité au long-métrage. La caméra s’abandonne à son scénario et ses acteurs, ne parvenant pas à provoquer le frisson au-delà des mots.

Portait de femmes. Et ces derniers frappent fort car au-delà du duel Billie Jean King / Bobby Riggs (formidables Emma Stone et Steve Carell), on ressent toute la difficulté pour une femme de réussir dans un monde d’hommes qui les méprisent. Le film fait preuve d’amertume, de cynisme, mais en même temps d’une forme d’élégance et de grandeur avec ces joueuses qui osent aller chercher la victoire, et ce dans tous les domaines – King se découvrant homosexuelle -. Battle of the Sexes est un match pour la libération du sexe sous toutes ses formes et sur ce terrain, c’est une victoire.

Battle of the Sexes sort le 22 novembre 2017.

Avis

6.5 Jeu, set et presque match
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply