[Critique] Alien : Covenant : Ridley Scott est-il le pire ennemi de la franchise ?

1

On l’attendait cet Alien : Covenant. Après la déception Prometheus – pour laquelle Damon Lindelof fût injustement pointé du doigt – c’était le retour aux sources. Sauf que nos espoirs ne sont rien face à l’ego de Ridley Scott.

De la beauté et du risque. Pour sa défense, il peut s’enorgueillir d’une première heure sublime où il multiplie les plans grandioses et montre tout son talent dans la maîtrise de l’espace. Il y continue son discours agnostique entamé dans Prometheus tout en le reliant au Huitième passager. S’en suit une réécriture du mythe déconcertante, mais pas forcément inintéressante.

Supercherie. Sauf que l’ensemble sonne terriblement faux. Tel le réalisateur d’un chef d’oeuvre qu’il ne saurait reproduire, même s’il se copie-colle allègrement, il n’hésite pas à piocher ses idées, notamment de mise en scène, chez ceux qui l’ont suivi sur la saga (merci le plan subjectif de David Fincher). Face à un Xénomorphe inutilement surexposé, on nous sert un équipage au QI proche de zéro, pataugeant dans un scénario sans frayeur ni surprise. La vraie différence entre Alien : Covenant et Life ? Le deuxième ne se prenait pas pour Dieu…

Alien : Covenant de Ridley Scott sort le 10 mai 2017 en salles.

Advertisement
(Visited 1 294 times, 2 visits today)

Avis

4.5 Dans l'espace, on se fout de notre gueule
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Un commentaire

  1. Ce film je le sentais pas, la Fox aurait du laisser Neill Blomkamp faire son Alien 5 au lieu de céder aux caprices de Ridley Scott.

Réagissez !