[Test] Not A Hero  : interdiction de faire dans la dentelle

Bunnylord veut devenir maire par tous les moyens et cela passe par l’élimination de la criminalité (et de la concurrence) dans un cocktail épique d’action et d’humour. Si vous aimez les câlins passez votre chemin, Not A Hero fait dans le sonore et le dégueulasse.

Trois touches et puis ils meurent, c’est tout ce dont on a besoin pour venir à bout des adversaires dans ce petit titre indépendant très facile à prendre en main. Glissade, massacre à bout portant, tir à couvert et autres occupations saines au programme. Les graphismes 2D n’enlèvent rien à l’ultra-violence du jeu et on prend vite plaisir à défourailler la moindre petite chose qui bouge dans la vingtaine de niveaux proposée.

La difficulté monte crescendo et les neuf personnages jouables ont leurs propres caractéristiques (rechargement rapide, glissade plus longue, etc.) et pour chaque level il faut savoir choisir le « héros » idéal pour éviter les morts prématurées. Mais bon, on est un hardcore gamer où on ne l’est pas. Pour ces derniers, des défis annexes sont proposés et il faudra parfois ruser pour les remplir. Seul regret : la durée de vie (environ 2h) bien trop courte.

Avis

7.2 Réjouissant

Not A Hero est sorti le 2 février sur le PSN.
Test réalisé sur PS4.

  • Graphismes 7,5
  • Bande-son 8,5
  • Gameplay 9
  • Durée de vie 4
  • Originalité 8
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply