Les Orphelins Baudelaire, retour sur cette (désastreuse) saga…

En tête de gondole sur les rayons de la littérature de jeunesse des années 2000, Les Désastreuses Aventures des Orphelins Baudelaire de Lemony Snicket squatte désormais la plateforme Netflix.

Parodie de la littérature enfantine au ton décalé avec un parfum d’humour noir, les Orphelins Baudelaire se caractérisent par leur « Awful Ending » (les histoires se terminent toujours mal) et par son lot de références aux grandes figures artistiques et tragiques du XIXe siècle : Charles Baudelaire, Edgar Poe, la danseuse Isadora Duncan ou encore l’héroine Flaubertienne Emma Bovary. L’adaptation des trois premiers tomes au cinéma par Brad Silbering avec Jim Carrey était une tentative honnête, toutefois corsetée par l’ampleur des romans et de la concurrence d’un certain sorcier à lunettes.

Un narrateur nous conte l’histoire des enfants Baudelaire –Violette, Klaus et Prunille- devenus orphelin à la suite d’un incendie au domicile responsable de la mort de leurs parents. Héritiers d’une immense fortune, ils se verront pourchassés par le Comte Olaf (Neil Patrick Harris), leur premier tuteur dénué de scrupule.

Netflix va-t-il parvenir à relever cet « épouvantable » défi ? Réponse le 13 janvier.

About Author

Avatar

Leave A Reply