Marie-Francine : Valérie Lemercier ou l’art de la sale-gossitude ?

Valérie Lemercier, c’est de l’humour tarte à la crème que l’on adore ! Une tarte à la crème de qualité, avec un arrière-goût de « pipi caca » que l’on vomit à coup de barres de rires. Les mauvais esprits emploieraient le mot « franchouillard » pour faire « plus smart ».

Si elle ne semble pas toujours trouver son bonheur en tant qu’actrice, en dépit de ses excellentes interprétations dans Les Visiteurs et Fauteuil d’orchestre, Lemercier a osé sauter le pas de la réalisation avec Quadrille en 1997. Depuis, elle enchaîne les comédies en étrillant ses contemporains, toujours avec cette touche de « réalisme vulgaire et parfois choquant dans le portrait des caractères ».

On ne lui demande pas de réaliser Citizen Kane, juste une comédie française féroce dans la veine d’Etienne Chatiliez période La Vie est un long fleuve tranquille. Justement, l’actrice-réalisatrice débarque avec Marie-Francine, une Tanguy au féminin, âgée de 50 ans, condamnée à retourner vivre chez ses parents (elle s’offre même Hélène Vincent, alias Madame Le Quesnoy, dans le rôle de la mère). Après le décevant 100% Cachemire, on espère que le film, à défaut d’être un futur chef d’œuvre, nous offrira des moments cultes avec une dose d’humour gras et des répliques aux petits oignons.

Marie-Francine de et avec Valérie Lemercier sort en salles le 31 mai 2017

About Author

Avatar

Leave A Reply