[Critique] Maestro : le choc des cultures

Maestro où la rencontre entre deux grands hommes, l’un passé, l’autre futur. L’histoire vraie de Jocelyn Quirvin et d’Eric Rohmer, réunis le temps d’un film avant que la mort ne les entraîne. Le récit d’un échange générationnel où leurs mondes se confondent pour devenir un.

Un choc des cultures transposé à l’écran par Pio Marmai et Michael Lonsdale. Un duo à l’alchimie évidente, symbolisant toute la légèreté et la sincérité du film. La réalisatrice Léa Fazer signe un film à la fois drôle et simple, permettant à ces deux personnalités d’accaparer l’écran en compagnie de leur petite troupe. Maestro raconte, approfondi peu, laissant à son spectateur, à la manière d’un poème, le soin d’en apprécier le verbe.

Reste cette histoire d’amour entre Marmai et Déborah François qui, loin d’être maladroite, vient pourtant rajouter du vin à une amphore déjà bien pleine, la laissant déborder lors d’un dernier quart plombant. Maestro passe à quelques gouttes du coup de maître.

Maestro est sorti au cinéma le 23 juillet 2014

Avis

8 Beauté maîtrisée
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply