[Critique] Lucy : Besson au pourcentage zéro

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Luc Besson, désormais plus prolifique sous la casquette de scénariste et producteur, revient derrière la caméra après l’échec de Malavita pour nous présenter Lucy, un film d’action science-fiction mené par une Scarlett Johansson sous LSD.

Lucy et Nikita, deux femmes, deux prénoms, deux époques. Pourtant la première est à la seconde ce que Mr. Hyde est au Dr. Jekyll. Sous ses faux airs de thriller d’anticipation, le long-métrage se perd en inepties, incohérences, plombé par une mise en scène impersonnelle et coupable de la pire des fautes : prendre son public pour un imbécile. Certes, Lucy reste du divertissement, plutôt efficace sur certaines séquences, et Scarlett Johansson fait le show.

Pourtant difficile de pardonner à cet homme talentueux, capable d’allier le cinéma décomplexé américain avec la noirceur française, voguant désormais dans une indifférence générale à l’égard, non plus d’un film, mais d’un produit. Repose en paix Luc réalisateur, sacrifié sur l’autel du business par Besson producteur, tu nous manqueras.

Lucy est sorti au cinéma le 6 août 2014.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.