[Critique] Jeune & Jolie… & ennuyeux ?

Présent au Festival de Cannes et véritable succès critique comme populaire, Jeune & Jolie de François Ozon ne passe pas inaperçu. Pour plaire, le film s’appuie sur trois arguments chocs : de la prostitution, des scènes de sexe et surtout Marine Vacth. Troublante, envoûtante, sensuelle, la jeune actrice personnifie le long-métrage d’un bout à l’autre. Sans elle, ce dernier Ozon perdrait beaucoup de son charme.

Loin de jouer l’excès, le réalisateur filme avec une certaine pudeur cette histoire d’étudiante recourant à la prostitution. Le récit avance au rythme des saisons, timidement, peut-être un peu trop. Du personnage d’Isabelle, on ne saura finalement pas grand-chose si ce n’est une adolescente en crise, trouvant dans sa sexualité un moyen comme un autre de gagner trois sous. Ozon filme, mais ne juge pas et du coup s’émancipe de tout devoir explicatif. Au spectateur le soin de remplir les blancs…

Au final, Jeune & Jolie n’a ni début, ni fin, et se place à mi-chemin entre l’émerveillement et l’ennui, en laissant derrière lui un profond sentiment d’inachevé.

Jeune & Jolie est sorti le 21 août sur nos écrans

Avis

6 Passable
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply