[Critique] Turn Saison 1 : historique sans être révolutionnaire

Pinterest LinkedIn Tumblr +

À l’occasion de sa sortie en vidéo, on se plonge dans la première saison de Turn et avec elle la construction des États-Unis côté coulisses.

En 1778, les colons américains tentent de se défaire du joug britannique, mais n’en mènent pas large. De là va naître le Culper Ring, premier vrai réseau d’espionnage de l’Histoire, dans lequel ce pauvre Jamie Bell (Billy Elliot) va jouer un grand rôle. On se sent tout de suite happé par cette série historique où la tension monte crescendo jusqu’au climax final.

La photographie comme l’éclairage à la lumière naturelle permettent une véritable immersion dans ce bouleversement de grande ampleur. Turn a pourtant l’intelligence de rester à la hauteur de ses personnages plus que de l’enjeu lui-même.

Une qualité comme un défaut, notamment lorsque les multiples intrigues secondaires ralentissent inutilement le fil rouge principal. D’autant plus que certains protagonistes en deviendraient presque caricaturaux. Sans prétendre à la perfection, Turn ravira les amateurs du genre et les autres.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.