Critique The Quintessentials Quintuplets T.1 : amusantes amours

The Quintessentials Quintuplets mêle amours innocentes de lycéens et échec scolaire tout en légèreté et nombreuses péripéties.

The Quintessentials Quintuplets dépeint la lourde tâche que Fûtarô, un jeune lycéen sur la paille, doit à tout prix accomplir : donner des cours à des quintuplées pleines aux as mais en total échec scolaire. Les péripéties de Fûtarô et des quintuplées, scénarisées et dessinées par Negi Haruba, ont pris fin au Japon en 14 volumes. La version française, éditée par Pika, est toujours en cours de publication. La série dispose par ailleurs d’une adaptation animée.

Je t’aime… moi non plus

La dimension romance propre aux shojos se voit agrémentée de situations comiques quand le droit Fûtarô tente d’enseigner la moindre choses aux terribles sœurs. Aucune ne se montre très coopérative, surtout la vilaine Nino lui mettant des bâtons dans les roues. Pourtant, il semblerait de Fûtarô finisse par conquérir l’une d’entre elle ! The Quintessentials Quintuplets s’ouvre avec un flashforward choc : l’une des quintuplées s’apprête à se marier avec lui… mais laquelle ?

Critique The Quintessentials Quintuplets T.1 : amusantes amours
© Negi Haruba / Pika Edition

Ces cinq sœurs détiennent comme seul point commun d’être étrangement bien gâtées par la nature. Hormis ces atouts physiques, chacune dispose d’une personnalité bien trempée. Ainsi, malgré le nombre et les noms assez difficiles à assimiler au départ, le style vestimentaire et le caractère de chacune permettent de bien les différencier.

Rigueur académique

The Quintessentials Quintuplets se démarque alors d’un simple harem dans l’évolution qu’il réserve à ses personnages. Outre la conclusion par le mariage avec l’une des sœurs, la dimension scolaire reste au centre de l’intrigue. La discipline et l’apprentissage apparaissent comme l’unique moyen de concilier les sœurs, faire prendre confiance en elle à Miku ou encore mettre fin aux comportements puérils de Nino.

L’école étant l’une des thèmes centraux de ce manga, il se veut par définition didactique. Ce volume introductif commence fort en dévoilant la passion de Muki pour la période Sengoku (Japon du XVè-XVIè siècles). La découverte de l’histoire nippone se fait de manière légère à travers le quiz ou anecdotes saugrenues.

Un pour cinq, cinq pour un

Mettre en scène des quintuplées, il fallait y penser ! Negi Haruba propose une aventure aux allures de harem assez classique certes, mais dont la singularité des personnages rend l’ensemble amusant et agréable à lire. The Quintessentials Quintuplets apporte de la consistance au genre du shojo car conjugue amour de l’autre et amour du savoir. Ce shojo se révèle parfait en tant que lecture de plage ou dans les transports en communs.

Le volume 1 de The Quintessentials Quintuplets est sorti le 5 février 2020 aux éditions Pika.

Clem Mp

Critique The Quintessentials Quintuplets T.1 : amusantes amours
© Negi Haruba / Pika Edition

Avis

7.5 Plaisant
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Clem MP

Tout ce que l'on sait de ce mystérieux individu, c'est qu'il se nourrit quasi-exclusivement de productions nippones et de musique. L'exploration de ces deux genres lui a valu mille émerveillements de la pop commerciale au rap métal, du shonen aux fantasy les plus délirants. Mais aussi de nombreuses souffrances, c'est ça l'amour après tout…

Leave A Reply