[Critique] Rest : Docteur Charlotte, Miss Gainsbourg

Avec une élégance rare, Charlotte Gainsbourg semble enfin assumer son héritage. Rest, son cinquième album, réunit la figure du père et l’univers singulier de la fille.

Auto-portrait. Intimidée par l’aura de papa Serge, Charlotte Gainsbourg a longtemps refusé d’écrire ses textes en français. C’est chose faite sur 4 titres de Rest. Une première. Elle s’est ainsi livrée à des paroles très intimes, hantée par la disparition tragique de sa sœur Kate en 2013. Avec cet album, la chanteuse se dévoile sans pudeur sur sa timidité, le deuil et ses cauchemars.

French touch. On tomberait facilement dans l’infinie tristesse si la bande-son concoctée par SebstiAn et Guy-Man (la moitié de Daft Punk) n’était pas aussi hypnotique (Lying With You) et entraînante (Deadly Valentine). Le groove gainsbourgrien est présent (Ring-a-Ring), imprégné d’un univers cinématographique évident (Gorgio Moroder n’est pas loin). Comme l’avaient fait Air ou Beck à une époque (et à leur manière), SebastiAn a su capté la poésie intime de Charlotte Gainsbourg. Si l’ombre du père plane encore, Rest dévoile une nouvelle facette d’une artiste aussi fragile que fascinante.

Rest de Charlotte Gainsbourg est sorti le 17 novembre 2017

Avis

7.5 Gainsbourgien
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply