[Critique] Le Parrain, chef d’œuvre immortel

A-t-on encore besoin de présenter Le Parrain ? Plus de 30 ans après sa sortie, le film de Francis F. Coppola reste encore et toujours au panthéon du cinéma américain.

Il faut dire que le réalisateur signe ici l’œuvre modèle pour tout cinéaste. Que ce soit sur un plan visuel ou scénaristique, il réalise un quasi-sans faute. Les quelques petites faiblesses disparaissent grâce à histoire tant elle est dense. C’est bien plus qu’une exposition de la cruauté du milieu, le Parrain c’est une somptueuse chronique intimiste et familiale – dans le sens général du mot famille. C’est parce que le film plonge au sein même de cette intimité avec une certaine pudeur qu’il touche autant au cœur.

Provoquant, violent, sombre, morbide même… ce qui frappe c’est sa capacité à montrer ce monde inconnu et fascinant sous un prisme si personnel. Au centre de tout cela, Michael Corleone dont le film suit son ascension dans la mafia. Tel le héros d’une tragédie grecque, il doit faire face à son destin mais aussi à ses propres contradictions. C’est également un impressionnant face à face entre deux génies du cinéma américain Al Pacino et Marlon Brando dont les performances sont inégales.

Le Parrain mérite largement son statut de roi immortel.

Le Parrain est sorti le 18 octobre 1972 et bénéficié d’une ressortie exceptionnelle ce vendredi 27 mai 2016.

 

Avis

9.5 Un film qu'on ne peut qu'admirer
  • 9.5
  • User Ratings (6 Votes) 8.1

About Author

Avatar

Leave A Reply