[Critique] Mon Roi, souffrance d’aimer

0

Plus que tout autre cette année, Mon Roi laissait planer l’ombre de sa réalisatrice sur le projet tout entier, le dévorant lors de discussions enflammées et opposées. C’est que Maïwenn est une cinéaste à l’écriture bien pendue et à la mise en scène imposante qui provoque et remue mais ne laisse pas indifférente.

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Ce contenu est actuellement réservé aux abonnés

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 48 times, 1 visits today)

Avis

5 Partagé
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !