[Critique] Girls Only : Keira Knightley fait sa crise de la trentaine

Lorsqu’on est un homme à une projection de Girls Only, on se dit qu’on n’est probablement pas le public visé. Malgré tout, le film aborde des thématiques universelles avec le récit d’une quête existentielle pour Megan (Keira Knightley). En ligne de mire, la fameuse question : qui suis-je ?

Si la réflexion mature s’avère intéressante, l’approche du sujet choisit par la réalisatrice demeure académique. Le scénario est prévisible et les personnages multiplient les clichés. Keira Knightley se révèle drôle et touchante à certains moments, mais la plupart du temps elle fait preuve d’un peu trop de zèle dans ses expressions. Au contraire de la jeune actrice Chloë Grace Moretz – plus naturelle – avec qui elle partage l’affiche.

Il faut noter le travail persistant sur la couleur. Cette dernière est toujours habilement utilisée, apportant une touche de douceur au film. Peut-être l’influence d’un cinéaste comme Jacques Demy (Les Demoiselles de Rochefort), spécialiste du thème de la destinée et des mondes colorés. Au final, l’œuvre devrait plaire aux grands amateurs du genre et risque de laisser les autres sur le banc de touche.

Girls Only sort le 13 mai 2015.

Avis

6 Mitigé
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Nicolas Diolez

Leave A Reply