[Critique] Free Fire : encore faut-il savoir viser juste

Pinterest LinkedIn Tumblr +

90 minutes de Free Fire, c’est mettre le doigt sur la détente d’un film bourré d’audace comme on en voit peu, mais se rendre compte qu’on va vite tomber à court de munitions.

Au commencement, une idée géniale. Des gangsters du dimanche, un entrepôt, et soudain la vente d’armes part en sucette et on se tire dessus dans tous les coins en temps réel. Ben Wheatley continue d’être un réalisateur atypique avec cette comédie d’action aussi violente que ridicule où des acteurs de talent se transforment en pathétiques fous de la gâchette. Une sorte de western clownesque, qui ferait presque penser à du Tarantino, pour lequel on ne niera pas un certain plaisir coupable.

Un concept plombé. Sans doute emporté par sa folie, Ben Wheatley commet une grave erreur scénaristique qui va considérablement ralentir son film. Dès lors saboté par une absence presque totale de rythme, Free Fire s’enlise et tourne en rond encore et encore et… Les personnages se répètent, l’humour aussi, et on ne peut que regretter de voir un métrage avec un tel potentiel finir ainsi.

Free Fire sort le 14 juin 2017 en salles.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.