[Critique] Il est difficile d’être un dieu (et un spectateur aussi)

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Achevé après 13 ans de travail, Il est difficile d’être un dieu est un long métrage d’Alexei Guerman adapté du roman éponyme de science fiction d’Arcadi et Boris Strougatski (également auteurs de Stalker).

Le film servira certainement beaucoup aux professeurs de cinéma. Par sa technique de prise de vue tout d’abord : la caméra s’inscrit à la fois comme témoin complètement extérieur à l’intrigue et par moment devient presque un personnage. En résulte une mise en scène artistique qui tend malheureusement à perdre le spectateur au fil de l’action.

Dans son traitement du Moyen-Age ensuite : crasseux, boueux, on est bien loin de la représentation fantasmée habituellement représentée. Le film ne nous épargne rien, crachats, hygiène, les images s’attachent à montrer un âge obscur de déliquescence humaine, jusqu’à pousser à la coprophilie.

Dénonciateur mais surtout cru, Il est difficile d’être un dieu se révèle une très belle oeuvre originale à laquelle il faudra vraiment s’accrocher, sa durée et sa complexité jouant souvent contre elle.

Il est difficile d’être un dieu sortira le 11 février.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.