[Critique] Il est difficile d’être un dieu (et un spectateur aussi)

Achevé après 13 ans de travail, Il est difficile d’être un dieu est un long métrage d’Alexei Guerman adapté du roman éponyme de science fiction d’Arcadi et Boris Strougatski (également auteurs de Stalker).

Le film servira certainement beaucoup aux professeurs de cinéma. Par sa technique de prise de vue tout d’abord : la caméra s’inscrit à la fois comme témoin complètement extérieur à l’intrigue et par moment devient presque un personnage. En résulte une mise en scène artistique qui tend malheureusement à perdre le spectateur au fil de l’action.

Dans son traitement du Moyen-Age ensuite : crasseux, boueux, on est bien loin de la représentation fantasmée habituellement représentée. Le film ne nous épargne rien, crachats, hygiène, les images s’attachent à montrer un âge obscur de déliquescence humaine, jusqu’à pousser à la coprophilie.

Dénonciateur mais surtout cru, Il est difficile d’être un dieu se révèle une très belle oeuvre originale à laquelle il faudra vraiment s’accrocher, sa durée et sa complexité jouant souvent contre elle.

Il est difficile d’être un dieu sortira le 11 février.

Avis

7 A voir

Pour public averti.

  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Co-créatrice d’ITC, grand manitou « Support » du site, toujours prête à soutenir ses « ADC » ou ses rédacteurs, elle encourage de la même manière, corps et âmes, les meilleurs jeux vidéo, qu’ils soient AAA ou petites productions sans prétention. Elle se réserve toujours quelques cartouches pour les baratineurs et les fautes d’orthographes.

Leave A Reply