[Critique] Carol, beau mélo

0

Nous voilà enfin face à un film au souffle romanesque et à la sensualité vraie. Dominé par la sensibilité et la maitrise faussement académique de Todd Haynes, Carol est un testament amoureux dont on ressort mouchoir en main.

Pourtant, on craint lors d’une première partie

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Ce contenu est actuellement réservé aux abonnés

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 36 times, 1 visits today)

Avis

9 Sublime
  • Votre avis (4 Vote) 8

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !