[Critique Blu-Ray] Le huitième jour : la poésie du Nous, les larmes du Je

0

Cas exceptionnel : Le huitième jour mérite ici que l’on passe au « je » car au-delà de l’objectivité de l’analyse, le film se vit dans la subjectivité. Et croyez-moi, sans avoir un cœur de bisounours, « je » me fais pourtant avoir à chaque fois…

Sortez les mouchoirs. Des longs-métrages qui usent du pathos à grosses doses, on en connaît tous et certains vous diront qu’ils ne s’y laissent plus

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Archives are for subscribers only

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 75 times, 1 visits today)

Avis

8.0 Beau à en pleurer !

Découvrir Le huitième jour en blu-ray c'est comme ouvrir une boîte de chocolats sans savoir tout ce qu'on va y trouver ! Et puis on se jette dessus sans même faire attention à ce qu'on aime moins comme une qualité d'images pas toujours HD (sur les plans larges notamment).

Non, on préfère savourer le son DTS HD 5.1 et surtout les bonus qui proposent plein de belles choses. Tout d'abord une interview de l'équipe (casting / réalisateur / producteur) des années plus tard. L'occasion pour eux de revenir sur cette expérience avec le recul qu'elle impose et de voir que tout le monde en garde une certaine émotion. Puis, on a droit à une interview des "Zozos" dix ans après, histoire de repartir à la rencontre de ceux qui ont fait le film par leur humour, leur fragilité, leur différence...
Enfin, comme pour boucler la boucle, le court-métrage "L'imitateur" du réalisateur nous dévoile là où tout a commencé...

  • Le film 9.5
  • Bande-son 9
  • Image 6.5
  • Bonus 7
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !