Cannes 2018 – Jour 1 : un petit parfum de scandale

0

Le Festival de Cannes a toujours eu un petit parfum de scandale. Cette année risque de ne pas déroger à la règle et ce pour de nombreuses raisons.

D’abord, il y a le retour d’une « persona non grata » suite à des propos sur Hitler : Lars Von Trier. Aura-t-on le droit à une réflexion sur le talent des Khmers Rouges à « déplacer » des populations ou alors sur la beauté de la moustache de Staline ? Quel suspense !

Sinon, il y a aussi la question de la présence (ou non) du Don Quichotte de Terry Gilliam, film maudit par excellence, qui fait les frais d’une bataille juridique… Un bras de fer partagé par la première production kényane à Cannes, Rafiki, qui est interdite de sortie à domicile à cause de son histoire d’amour lesbienne. Sans oublier les problèmes rencontrés par Jafar Panahi qui brillera par son absence, le pouvoir iranien ne souhaitant pas le voir sortir du pays. Bref, Cannes se fait le défenseur de la création artistique et les scandales ne lui font pas peur, il en a vu d’autres !

Enfin, ce qui risque d’être le plus révoltant lors cette édition : la météo. En effet, il est prévu de l’orage et de la pluie. On quitte Paris pour profiter du beau temps de la Côte d’Azur et à la place on va prendre des douches écossaises ? Ça, je peux vous dire que si cela se confirme, ça sera le plus grand scandale de ce 71e Festival.

Retrouvez tous nos articles consacrés au Festival de Cannes 2018 ici

Advertisement
(Visited 1 times, 1 visits today)

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.