[Cannes 2017] Les Fantômes d’Ismaël, un film hanté par le spectre de l’ennui

0

Premier film du Festival de Cannes 2017, premiers bâillements. L’accueil qui nous a été réservé par le cinéaste Arnaud Desplechin en ouverture du Festival n’est pas des plus plaisants, mais il propose tout de même avec Les Fantômes d’Ismaël un long-métrage intrigant.

Une œuvre torturée et décousue. On commence par le principal défaut des Fantômes d’Ismaël  : on perd

Ce contenu premium est limité aux abonnés uniquement

Archives are for subscribers only

Débloquez ce contenu avec Multipass
(Visited 155 times, 1 visits today)

Avis

6 Troublant
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !