[Critique Manga] Le Comte de Monte Cristo : rendre accessible l’inaccessible

Google+ Pinterest LinkedIn Tumblr +

Résumer toute l’histoire du Comte de Monte Cristo dans un manga de 272 pages, un pari insensé relevé par Ena Moriyama qui nous livre son interprétation du chef d’oeuvre d’Alexandre Dumas. Défi relevé ?

L’hommage à Dumas. Si les adaptations d’Arsène Lupin et Sherlock nous avaient convaincu, Monte Cristo restait quand même un gros morceau, surtout en 1 volume. Inquiétude inutile tant le talent de la mangaka est indéniable. Ses dessins nous offrent tous les détails nécessaires et elle a parfaitement maîtrisé les traits des personnages surtout en matière d’émotion. Son Comte dévoile d’ailleurs une facette bien plus effrayante que de nombreuses autres adaptations…

On ne fait pas d’omelette sans casser des œufs. Pour parvenir à faire rentrer la vengeance d’Edmond Dantès dans si peu de pages, il fallait consentir à des sacrifices. Ce n’est donc pas une surprise de ressentir une certaine précipitation au fil des chapitres, plusieurs événements n’étant que rapidement évoqués. Sans pour autant avoir la sensation de manquer un épisode, on doit admettre que parfois, la frustration nous guette de ne pas en voir davantage. Mais là était l’objectif de l’auteure : nous donner envie de prolonger le plaisir en (re)lisant le roman d’origine. C’est réussi !

Le Comte de Monte Cristo sort aux éditions Kurokawa le 9 mars 2017

[Critique Manga] Le Comte de Monte Cristo : rendre accessible l'inaccessible

© Kurokawa

Avis

7.5 Travail de titan
  • User Ratings (0 Votes) 0
Share.

About Author

Avatar

Leave A Reply