[Critique] Maman a tort… mais qui a raison ?

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Dans Maman a tort, Anouk est une adolescente de 14 ans qui doit trouver un stage. Derrière ses molles expressions faciales perce un regard vif et curieux. Lorsqu’elle atterrit dans le service d’assurance de sa mère pour un innocent stage de troisième, elle ne sait pas ce qu’elle gagnera ni – et surtout – ce qu’elle y perdra. Et si sa Mère a Tort ?…

Une fine ligne entre la caricature et la satire. Marc Fitoussi s’attaque avec son cinquième film a la déshumanisation des grandes entreprises. Un sujet casse-gueule menacé par la fibre comique de son cinéaste. Seulement voilà, il lui suffit d’adopter le regard à la fois pudique et lucide de son adolescente pour faire de son récit le témoin d’un échec. La drôlerie qui s’y immisce, subtile parce qu’au bord de la caricature, ne sert qu’à souligner la désillusion qui s’annonce.

Un film juste juste. Non vous n’avez pas mal lu. Tout du long, Fitoussi parvient à conserver un regard tendrement amer, caution de la justesse de son univers, de ses personnages et de son récit. Chacun trouve sa zone d’ombre et de lumière, au fil d’un récit d’initiation classique au sens noble du terme. Jamais pédant, jamais moralisateur, Fitoussi parvient avec Maman a tort à nous faire aimer son brin de femme indignée, juste avant un dénouement amer qui nous renvoie à nous même. Bravo.

Maman a tort sort le 09 novembre 2016 en salles.

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.