[Critique] Logan : du Little Miss Sunshine avec des tripes

Pour la der des ders, Logan signe le meilleur opus de la saga Wolverine (était-ce difficile?). Pour ce qui est de le comparer à la franchise X-Men, disons simplement que ça dépendra de ce que vous cherchez…

Modern Family. Délaissant le grand spectacle pour une dimension plus contemplative, dramatique, le film de James Mangold – réalisateur désormais réhabilité – ressemble par moment à un album de famille. On y retrouve le papy gâteux, le père aigri et la jeune fille bougonne, traversant les États-Unis à la recherche d’un nouveau sens à leur vie misérable (et parce qu’ils sont poursuivis). Un peu plus et on se retrouverait presque dans Little Miss Sunshine. Bien que longuettes, ces séquences permettent à Hugh Jackman de nous offrir un Wolvie proche du précipice. L’humain prend alors le pas sur le mutant.

Dans le sang et la fureur. Une atmosphère qui permet de créer le contraste avec les scènes sanglantes où on tranche sec avec des membres arrachés dans tous les coins. Quand Logan laisse place à Wolverine, on a droit à du brutal, du violent, comme on l’a toujours espéré. Et tant pis si le scénario se montre prévisible, le griffu donne tout ce qu’il a dans le ventre, avec émotion, avec action, avec passion. Tu nous manqueras Logan.

Logan sort le 1er mars 2017 au cinéma

Avis

8 Puissant
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply