Critique Billions saison 4 : petite baisse de régime

Malgré notre enthousiasme non feint pour le season premiere, la saison 4 de Billions s’est révélée la moins performante de toute, mais on reste quand même face à du très lourd.

Alliés contre vents et marrées, les deux géants tentent chacun d’arriver à leur fin. Si le plaisir est toujours incroyable de regarder les affrontements psychologiques et rhétoriques de Billions, cette saison 4 souffre d’un changement de ton et d’enjeux qui vient pénaliser tout le paysage de Wall Street.

Critique Billions saison 4 : petite baisse de régime
©Showtime

La nouvelle dynamique installée entre les géniaux Damien Lewis et Paul Giamatti pose problème alors que cette alliance n’apporte que peu de moments mémorables. On attendait du meilleur de cette association mais elle se limite finalement à prouver son obsolescence, une relation contre-nature. Les deux personnages étant incapables de s’associer sans que l’un ne prenne l’ascendant sur l’autre. Peut-être que le véritable intérêt est là, reculer pour mieux sauter et revenir à un duel narratif sans précédent.

Il ne peut en rester qu’un

En plus d’une relation toxique, Billions illustre sa saison 4 par des rapports intimistes prépondérants. Les fétichismes sexuels de Giamatti sont projetés sous les projecteurs alors que sa femme, jouée par la talentueuse Maggie Siff, subit elle aussi les retombées médiatiques d’une telle confession. Des rapports familiaux compressés, poussés à bout d’un côté alors que Lewis se trouve une nouvelle compagne. Des situations antagonistes pour bien appuyer la distanciation de l’alliance présentée comme miraculeuse. Scénaristiquement, c’est parfait.

Critique Billions saison 4 : petite baisse de régime
©Showtime

Surtout que Showtime nous offre avec cette saison 4 de Billions des plans machiavéliques qui n’hésitent pas à revenir sur des épisodes passés à l’aide d’un twist final des plus bluffant. Cependant, on dénote que les personnages secondaires, si importants dans la mise en place de cette saison, finissent par retourner au fond de la classe, pour laisser un ultime match entre Giamatti et Lewis prendre le devant de la scène. C’est dommage, on aimait bien les arcs narratifs de Asia Kate Dillon ou de Malkovitch, viré comme un malpropre.

Toujours accompagnée d’une image aseptisée et d’un classicisme parfait, Billions prouve qu’elle n’est jamais mieux que lorsqu’elle laisse libre court à l’affrontement rhétorique de ses deux protagonistes. Du coup on attend la saison 5 avec impatience !

La saison 4 de Billions est actuellement diffusée sur Showtime et Mycanal.

Avis

7 timide
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply