[Critique] ’71 : l’autre visage de la guerre

2

1971, Belfast, le conflit politique et religieux en Irlande du Nord s’intensifie. Envoyée sur places pour maintenir l’ordre, l’armée britannique se retrouve sur un vrai champ de bataille. Le réalisateur français Yann Demange apporte son regard étranger sur une guerre qui n’a, officiellement, jamais eu lieu.

Avec l’audace caractéristique d’un premier film, le cinéaste fait preuve d’une grande intelligence en ne s’emmêlant pas les caméras à la recherche d’un surplus de détails sur son sujet. Volontairement confus, ’71 se veut avant tout le visage d’un homme, celui de Jack O’Connell dans la peau d’un jeune soldat anglais perdu en territoire ennemi. Pas manichéen pour un sou, le film place son spectateur dans les yeux de son personnage principal et laisse le reste à l’Histoire.

À mi-chemin entre le thriller et le documentaire, ’71 joue la carte du réalisme pour une plongée au cœur d’une Belfast ravagée et divisée, ne s’épargnant pas les séquences-chocs accompagnées d’une bonne dose de gore. Un conflit sale, incompréhensible et aux nombreux secrets, laissant derrière lui un public perdu, mais captivé.

’71 sort le 5 novembre 2014 au cinéma. Retrouvez notre portrait du réalisateur ici

Advertisement
(Visited 139 times, 1 visits today)

Avis

8,5 Un autre visage de la guerre
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.