[Critique] Under Construction, (well)-made in Bengladesh

0
Share Button

Après notre excursion au cœur de la campagne du Kazakhstan avec Walnut Tree, nous posons nos valises à Dakha, capitale économique et personnage central d’Under Construction, film importé tout droit du Bengladesh. Réalisé par Rubaiyat Hossain, cinéaste bangladaise acclamée par la critique pour Meherjaan (2011), le film explore avec une certaine crudité (bienvenue) des thèmes politiques et socio-culturels sous le symbole de la construction.

Remplacée par une comédienne plus jeune pour le rôle de « Nandini », Roya, femme musulmane moderne –incarnée par l’éblouissante Shahana Goswami- décide de créer sa propre version de la pièce politique Les Lauriers-rouges roses. À travers cette femme de trente ans bengalie combattante, spirituelle et sexuellement épanouie (en nous épargnant la vacuité d’une Carrie Bradshaw), la réalisatrice porte un discours engagé, étouffé et inachevé cependant par le bruit assourdissant des travaux en cours.

On ne garde pas un mauvais souvenir de notre petit séjour d’1h30 à Dakha. La mise en scène épurée ainsi que le travail d’écriture sérieux nous auront laissé une agréable impression à la sortie du film.

Présenté dans le cadre du FICA, la date de sortie française d’Under Construction est encore inconnue.

Retrouvez notre vidéo consacrée au Festival :

(Visited 5 times, 1 visits today)

Avis

8 Bonne Qualité
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !