[Critique DVD] Mr. Majestyk : un Justicier dans la campagne

0
Share Button

Avant que le genre soit récupéré par les Liam Neeson et autres justiciers du dimanche, le vrai patron s’appelait Charles Bronson et valait mieux pas lui chercher des pastèques, surtout dans Mr. Majestyk.

De l’action à l’ancienne. Quand on voit Charles Bronson occupé à ramasser ses pastèques en bon agriculteur, on se dit qu’on a dû se tromper de film. Mais au bout de quelques minutes, le bonhomme montre qu’il faut pas trop l’embêter et là, on a intérêt à prendre le train en marche. Richard Fleischer, réalisateur de Soleil vert, n’est pas un manche lorsqu’il faut filmer de l’action brut, à l’ancienne, lors de séquences d’anthologie. La fusillade finale est, à ce titre, exemplaire en terme de tension.

Trop de temps morts. Le seul problème c’est que sur les près de deux heures que dure le film, on sent le temps long. Aux scènes d’action rythmées se succèdent de grosses baisses de rythme qui n’apportent finalement pas grand chose tant on a l’impression que l’histoire tourne légèrement en rond. Il faut croire que la nouvelle passion de Charles Bronson pour les pastèques l’a un peu ramolli…

Mr. Majestyk sort le 05 octobre 2016 en vidéo. Retrouvez nos autres tests !

(Visited 38 times, 1 visits today)

Avis

7.4 Un classique

Comme d'habitude avec Wild Side, leurs rééditions des classiques dans des coffrets Blu-ray + DVD + livret valent toujours leur pesant de cacahouètes. Il n'y a qu'à voir la définition de l'image en HD 16/9e pour tout de suite comprendre qu'on n'est pas en possession d'une galette d'amateurs.

La titraille des bonus n'est pas des plus claire, mais le contenu est intéressent : Colorado Cool nous emmène dans les pas du directeur de la photographie Richard H. Kline qui nous raconte les coulisses de plusieurs scènes et surtout la préparation minutieuse qui en découlait pour ramener le tout à une seule prise.
Dans Colorado Chic, c'est l'actrice Lee Purcell qui revient sur le succès du film et de son rôle qu'elle avait d'abord refusé.

Enfin, comment ne pas parler du livret de 86 pages qui revient sur la genèse du film, son analyse, le tout agrémenté de plusieurs photos.

  • Le film 6.5
  • Image 8
  • Bande-son 7
  • Bonus 8
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Allan Blanvillain

L’homme à tout faire du site chargé de veiller à ce que l’info ne soit jamais trop longue et n’hésitant pas à priver les coupables de desserts. Car comme dirait Chuck Norris : un grand pouvoir implique de grandes responsabilités.

Réagissez !