[Critique] Taboo S01 : Tom Hardy joue à Assassin’s Creed Syndicate

Si le premier épisode de Taboo nous avait laissé pantois, dès l’épisode 2 le doute n’était plus permis, voilà la série d’époque à suivre si on aime les complots, la boue et l’Angleterre victorienne.

Rythme lancinant. La particularité du show réside, déjà, dans son format de mini-série avec seulement 8 épisodes. Du coup on craignait un peu une histoire rapide ou alors carrément pressée qui ne prendrait véritablement forme que dans la saison suivante. Sauf que le faux rythme de Taboo vient calquer les mouvements endoloris de Tom Hardy ainsi que son élocution laconique. Un rythme qui va également de pair avec l’aspect visuel et crade du show qui dépeint de manière magistrale l’Angleterre des années 1800.

Dénouement épique. Mais si le rythme se fait parfois attendre, il est également bien vu de montrer un complot américano-britannique qui prend du temps à se concrétiser. Tom Hardy prépare ses coups, ordonne ses cartes dans un ordre précis qui trouveront toutes leur utilité dans le final. Mais le bonhomme n’est pas seul et tout un casting magistral s’affaire dans une ambiance que l’on peut reprocher un poil trop sombre et un attrait vaudou pour le moins inutile. Contentons-nous de cette bataille rangée à la Patriot pour faire taire les plus pointilleux.

Taboo vient de se terminer sur BBC One, mais continuera dans une saison 2 prochainement.

Avis

8 sombrement brillant
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Axel PC

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply