Critique Seven Seconds saison 1 : on a failli lâcher l’affaire !

Seven Seconds, c’est le titre de la nouvelle série anthologique – une histoire différente par saison – de Netflix et le nombre de secondes qu’il nous a fallu avant d’hésiter à zapper. On a bien fait de rester.

Rien d’inhabituel. Pour notre défense, la série partait mal. Malgré la mise en place immédiate de la tension raciale et du regard accusateur sur les institutions, le tableau ne nous montrait que du classique. Les flics ripoux, la religion, le drame familiale, les gangs, la justice aveugle… des sujets maintes fois traités dont on a fait le tour plus d’une fois. D’autant qu’à trop insister sur les failles des personnages, le show peine à provoquer une véritable empathie, la plupart finissant par nous agacer sérieusement.

L’intelligence du sujet. Ce n’est pas tant dans le foyer de ces vies morcelées que se situe la valeur de Seven Seconds, mais dans le traitement d’ensemble de son propos. Un endroit où il n’y a ni blanc, ni noir, mais que du gris. Une zone où les coupables payent, mais les gentils ne gagnent pas. Le dernier tiers de la série rattrape ainsi ses égarements et nous propose quelque chose de certes peu subtile, mais pas dénué de vérité, de réalité, aussi déplaisante soit-elle. Ça méritait bien qu’on s’y attarde plus de sept secondes.

La saison 1 de Seven Seconds est disponible sur Netflix depuis le 23 février 2018

Avis

5 Il s'en est fallu de peu !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

2 commentaires

  1. Avatar

    A lire certains commentaires, on se demande si justement les personnes qui critiquent ont réellement bien visionné la série (« les coupables payent mais les gentils ne gagnent pas » -> où vous avez vu les coupables payer dans cette série ???).
    Une série où les « gagnants » sont les ripoux, ce n’est pas forcément si commun … enfin pour l’instant les ripoux s’en sortent indemnes, et on se dit qu’il y a matière à produire une deuxième saison, en raison du fait que parmi les victimes, il y a une ado blanche dont les parents sont plutôt « aisés » … et les ripoux (les 3 qui s’en sortent sans une égratignure) n’ont pas du tout réglé la note, puisque personne ne s’est intéressé à leur sort (hou hou la justice !).
    Du fait que la jolie black avec sa cargaison de problèmes perso à peine évoqués et qui est le substitut du procureur est de issue d’un milieu plus qu’aisé peut aussi donner le ton lors d’une deuxième saison.
    Bref, selon nous, il faut absolument que la série soit poursuivie. Il y a vraiment matière …

  2. Avatar
    Allan Blanvillain on

    Désolé de vous décevoir, mais s’il y a saison 2, ça sera sur une autre histoire avec peut-être seulement 1-2 personnages liens. C’est une série anthologique comme True Detective. Quant au fait que les méchants qui payent, ils le payent d’une certaine manière : l’un finit en prison, les autres ont leur vie personnelle, professionnelle ébranlées et leur cohésion / amitié en a pris aussi un sacré coup. C’est pour ça que je dis qu’ils payent, mais que les gentils ne gagnent pas. Ni vraie victoire, ni vraie défaite. La zone de gris dont je parle. Donc oui j’ai vu toute la série, merci 🙂

Leave A Reply