[Critique] Star Trek V : L’ultime frontière…le very (very) bad trip de Shatner

0
Share Button
Critique chrono
William Shatner passe derrière la caméra et signe ce qui reste l’un des pires épisodes de la saga : brouillon, complètement dingue et bancal, on comprend pourquoi ce 5ème épisode est le seul de toute la franchise à ne pas être sorti au cinéma en France.

Voyant combien son ami Leonard Nimoy excellait derrière la caméra, William Shatner (alias le Capitaine Kirk) s’est dit « et pourquoi pas moi ? ». Grâce à Star Trek : l’Ultime Frontière, on comprend mieux pourquoi personne n’y avait pensait.

Acteur moyen, réalisateur médiocre. Si la franchise jouissait de 3 excellents films, le film de Shatner réussit presque à lui seul à y mettre fin tant tout y semble fade. Ce bon vieux Bill n’a jamais été très subtil dans son jeu d’acteur mais derrière la caméra c’est encore pire. Sa réalisation est si brouillonne qu’il peine à mettre en valeur ces personnages qu’on aime tant. Les acteurs tentent de faire de leur mieux, leur persévérance fait plaisir à voir.

Malheureusement l’histoire n’aide pas. Pour ce 5ème opus, il nous sort un Vulcain rebelle. Ce dernier n’est autre que le demi-frère de Spock, et comme ça ne suffit pas il se prend pour le nouveau Messie à la recherche de… Dieu. Voilà l’équipage de l’Enterprise parti à la rencontre de Dieu! Aux premiers abords cette quête philosophico-spirituelle semble plutôt bien pour Star Trek sauf que Shatner enchaîne les facilités et des scènes plus hallucinantes les unes que les autres. Sans tension mais plein de délires, ce Star Trek ressemble à un très mauvais trip dont on est heureux de voir la fin.

Star Trek V : L’Ultime Frontière est sorti en France le 1er février 1998…en vidéo.

(Visited 40 times, 4 visits today)

Avis

4 Ultime nanar
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Elodie Suzanna

Sheldon Cooper d’ITC autant barrée que mordue de SF, conçue comme un patchwork de la culture anglo-saxonne avec un grand faible pour l’inconnu et les projets indépendants. Véritable disciple de la grande Daria Morgendorffer.

Réagissez !