[Critique] Hell on Wheels S05E01 : Cullen s’échine

0
Share Button

Pour son ultime saison qui se composera de deux parties de sept épisodes chacune, Hell on Wheels quitte la plaine et la boue pour nous emmener dans la neige et dans le cœur des montagnes percées à la dynamite.

Cullen Bohannon (Anson Mount), parti à la recherche de sa femme et de son fils, a rejoint la Central Pacific Railroad et nous permet désormais d’explorer l’exploitation des migrants chinois durant la construction du chemin de fer d’Ouest en Est. Pour l’esclavagiste repenti, il s’agira donc de savoir s’il pourra contenir sa propre morale face au puissant Chang (joué par l’excellent Byron Mann) pour poursuivre ses objectifs professionnels ou si elle le condamnera à les saboter malgré lui.

En parallèle, si Thomas Durant (Colm Meaney) et l’Union Pacific Railroad, les anciens employeurs du héros, sont évoqués de façon succincte dans cette introduction complète et détaillée, la course entre les deux compagnies restera naturellement le point d’ancrage de la saison. Tout comme l’opposition dantesque promise à Cullen par le retour au premier plan d’un Thor Gundersen (Christopher Heyerdahl) toujours aussi fou.

Critique écrite par Simon D. Réhon

(Visited 7 times, 1 visits today)

Avis

8 Retour brillant
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Réagissez !