[Critique] Elle : la symbiose Huppert/Verhoeven

0
Share Button

À l’âge de 77 ans, le mythique réalisateur de RoboCop et de Total Recall, Paul Verhoeven, revient derrière la caméra avec Elle. C’est un thriller français à propos d’une femme impitoyable et détachée (Isabelle Huppert) qui a un jeu malsain avec un homme qui vient la violer de temps à autre. De ce point de vue, cela n’a pas l’air joyeux, pourtant c’est certainement la meilleure comédie de la compétition du Festival de Cannes 2016.

On retrouve avec joie le style de Paul Verhoeven, viscéral et pervers, violent et drôle. Il possède une mise en scène discrète, ce qui convient parfaitement au film, car il est important de laisser de la place au jeu des acteurs.

En effet, si on doit retenir une chose de ce long-métrage, c’est la performance d’Isabelle Huppert. Sans elle, le film pourrait tomber facilement dans des lourdeurs et l’humour tomberait possiblement à plat. L’actrice française est sidérante d’ambivalence. D’ailleurs, on peut dire sans hésiter que la réussite d’Elle tient plus de son actrice que de son réalisateur – aussi bon soit-il ! Bref, un merveilleux morceau de cinéma qui trouvera peut-être sa place parmi les lauréats du Festival…

Elle sort le 25 mai 2016 et est présenté en compétition au Festival de Cannes 2016.

(Visited 13 times, 1 visits today)

Avis

8,5 Incroyable !
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Nicolas Diolez

Rédacteur à la recherche de la moindre trace de génie sur pellicule et qui vit selon un axiome très précis : « un jour sans critiquer Michael Bay est un mauvais jour, mais un jour sans encenser Martin Scorsese en est un bien pire. »

Réagissez !