Westworld Saison 3 épisode 8 : qui pour sauver ou détruire l’humanité ?

Après deux années d’attente et plusieurs semaines de visionnage, la saison 3 de Westworld vient de s’achever (notre critique) et il faudra patienter probablement jusqu’en 2022 pour connaître le destin de l’humanité.

Attention, spoilers sur la saison 3 de Westworld.

On le sent, depuis le début de cette saison, l’humanité ne tient qu’à un fil ou plutôt qu’au bon vouloir de quelques-uns qui tirent les ficelles. Chaque partie prenante se prend pour dieu et tente de (re)dessiner notre destin en fonction de ses motivations.

Néanmoins, comme pour Person of Interest, Jonathan Nolan se refuse une vision manichéenne du bien et du mal, insistant davantage sur l’ambivalence des personnages qui pensent agir au mieux pour servir un but souvent louable. De cette manière, Dolores semble vouloir protéger son espèce quitte à devoir exterminer une bonne partie des humains et sacrifier ses clones. Maeve cherche à protéger ses proches même si cela implique de trahir sa propre espèce. Serac tente d’organiser l’humanité pour empêcher son extinction en dépit de notre libre arbitre.

Westworld Saison 3 épisode 8 : qui pour sauver ou détruire l'humanité ?
©HBO

Tout n’est finalement qu’une question de perspective et il n’existe pas de grand méchant dans cette saison 3. L’épisode final vient étayer cette idée en confrontant les approches de celui et celle qui se présentent comme les sauveurs de l’humanité : Dolores et Engerraund Serac.

Après avoir été un temps en colère, prête à se venger de ce que les Hommes lui avaient fait subir pendant plusieurs décennies, la toute première hôte de Westworld nous propose son mea culpa et un changement de plan. Plus question pour elle de détruire notre espèce mais plutôt de nous rendre notre libre arbitre. Notre hypothèse de l’épisode 7 est alors confirmée : Dolores décide à nouveau de voir une certaine beauté dans notre monde, s’accrochant dans les derniers moments de sa vie à des souvenirs agréables.

L’apocalypse enclenchée

Cependant, son plan mènera à des conséquences dramatiques comme l’indique Rehoboam à Caleb : « Evenements meurtriers importants, effondrement démographique, fin de l’humanité d’ici 50 à 125 ans. » Il annonce finalement tout ce que Serac souhaitait éviter en devenant la marionnette de ce dieu. On apprend effectivement que celui qui a déjà connu le chaos dans son enfance et la destruction de Paris a choisi d’obéir pieusement à cette entité – via un implant sur l’oreille – de manière à ce que celle-ci orchestre la planète Terre et retarde notre extinction.

Westworld pose alors une question existentielle : à quoi sert-il de vivre si nous ne sommes pas libres de nos propres choix ? Une interrogation que Nolan avait déjà évoquée dans sa précédente série, Person of Interest, en faisant s’affronter deux super-intelligences artificielles : la Machine et Samaritan. La première cherchait à guider les humains, tout en nous laissant notre agency (capacité d’agir) même si cela signifiait la mort, tandis que l’autre voulait tout contrôler dans un but purement de préservation de notre espèce.

Chaque spectateur se forgera, au cours de la saison, sa propre opinion et se rangera alors soit du côté de Dolores qui veut nous libérer de notre boucle (comme elle s’est libérée elle-même), soit du côté du personnage de Vincent Cassel qui agit pour le plus grand nombre et cherche à éviter l’effondrement de notre civilisation (comme le redoutent les collapsologues aujourd’hui).

Westworld Saison 3 épisode 8 : qui pour sauver ou détruire l'humanité ?
©HBO

Néanmoins, après le sacrifice de Dolores (voir notre article dédié) le choix final revient à Caleb. Celui-ci – rejoint dans sa cause par Maeve – décide alors de libérer ses congénères du diktat de Rehoboam. Mais loin de l’happy end, on quitte les deux protagonistes dans un Los Angeles sens dessus dessous. Le chemin sera long et compliqué avant que la Terre retrouve une certaine stabilité.

Caleb : « Le monde ressemble à un cauchemar. »
Dolores : « Le changement est désordonné. Il est difficile. »

Tout cela relève cependant d’une nécessité pour Bernard. « Notre monde a dû bruler avant que nous soyons libres. » explique-t-il à Stubbs, convaincu que les Hommes pourront renaître du chaos, comme les hôtes ont pu s’élever après la destruction de Westworld.

Quel avenir pour l’humanité ?

Alors que l’humanité reprend son destin en main, sous le leadership de Caleb, son inévitable extinction – jusqu’ici freinée par Serac – s’accélère et les humains ne semblent avoir que quelques décennies pour profiter de leur liberté nouvellement acquise.

Que nous réserve le futur ? Rien de bien réjouissant visiblement, puisque Bernard envisage déjà la fin du monde et cherche à savoir ce qui vient après. La réponse se trouverait dans le « sublime » (le paradis virtuel des hôtes) et ne serait visiblement pas si simple à dénicher si l’on en croit une des scènes post-générique. Lors de cette scène, Bernard quitte le paradis virtuel pour revenir à la réalité, recouvert d’une bonne quantité de poussière qui laisse penser qu’il se serait écoulé plusieurs années, voire décennies, entre son entrée dans le sublime et sa sortie. Qu’a-t-il bien pu découvrir ? Il faudra malheureusement patienter (comme Stubbs dans sa baignoire) avant de le savoir.

Westworld Saison 3 épisode 8 :  qui pour sauver ou détruire l'humanité ?
©HBO

Pendant ce temps, Charlotte Hale (aussi appelée Halores) peut tranquillement conquérir la planète à l’aide de la création d’une armée d’hôtes, comme le sous-entend la première scène post-générique. Loin des prises de conscience philanthropiques de sa créatrice, elle apparait animée par une soif de vengeance. Celle qui ressentait encore il y a peu la présence de Dolores et sa « sensiblerie » autorise Wyatt à prendre le dessus. Un revirement qui s’explique par la perte de sa famille dans une explosion orchestrée par Serac. Plus question pour elle de voir la beauté, seules restent les séquelles physiques infligées par l’accident comme preuve de la noirceur de notre monde qu’elle est prête à détruire.

Contre toute attente, la petite Halores qui paraissait émotive et fragile dans l’épisode 3 a su s’émanciper suffisamment de sa créatrice pour suivre sa propre voie. Tout laisse à penser que la cruauté dont a pu faire preuve Dolores depuis la saison 2 n’est rien à côté de ce que Charlotte est capable.

Les recrues d’Halores

Plus inquiétant encore pour les Hommes, la cheffe de Delos s’associe dans sa quête vengeresse avec un hôte qui n’est autre qu’une copie de William. Sans que l’on sache encore comment, Hale a réussi la prouesse – jusqu’ici impossible – de cloner un être humain. Cela explique alors la scène post-générique de l’épisode final de la saison 2, dans laquelle on apprenait qu’un hôte sous les traits de l’homme en noir était en cours de fin d’élaboration. Halores met donc fin très rapidement à la volonté de William de sauver l’humanité pour racheter ses exactions et assiste avec plaisir à la mort de ce dernier, tué d’un coup de couteau dans la gorge par son double robotique.

Dans la saison 4, Caleb, Maeve, Bernard (et Sutbbs ?) devront affronter une équipe détonante et imprévisible, capable du pire et épaulée par des dizaines (et des dizaines) d’hôtes. Reste à savoir l’identité de ces derniers, tout en gardant à l’esprit que Charlotte a conservé une sauvegarde des données concernant tous les êtres créés à Westworld. On le sait, tout est possible ! On pourrait ainsi voir revenir des têtes connues.

Westworld est disponible sur OCS et HBO

About Author

Marie

Leave A Reply