Les meilleurs et les pires jeux vidéo de 2018 selon la rédac’

0

Le top jeux vidéo 2018 de Twik

Les meilleurs et les pires jeux vidéo de 2018 selon la rédac'
Star Citizen / Cloud Imperium Games

Rimworld

Digne héritier d’un lointain Dwarf Fortress, Rimworld est enfin sorti en version finale le 17 octobre 2018. Complexe à en pleurer, impitoyable et d’une rejouabilité quasi infinie, le titre est réservé aux joueurs expérimentés et un brin masochistes. Ta colonie patiemment construite, étudiée pour être efficace et résistante, n’est rien face aux lois des cieux. Il suffit d’un grain de sable dans ta mécanique parfaitement huilée pour que tes colons s’entredévorent, que tes champs flambent et que ton caniche préféré démembre son maitre ! Oh et oublie tes bons sentiments. Respecter la vie humaine, c’est bien, mais transformer ton chasseur aveugle en un monstrueux cyborg bardé gavé aux drogues de combat après lui avoir remplacé chacun de ses organes par des prothèses aliens, c’est quand même vachement plus intéressant !

Subnautica

Retiens ta respiration et plonge sous les océans ! Subnautica parvient à combiner une liberté incroyable avec un environnement resplendissant et original. S’il n’est pas particulièrement compliqué, le jeu te réserve son lot de surprises et de challenge dans une atmosphère tantôt légère, tantôt franchement flippante. En d’autres termes, le premier jeu de survie en early access (à l’époque) à être suffisamment intéressant pour mériter une place dans ce classement !

Star Citizen

Oui, ce jeu n’est pas encore sorti. Mais puisqu’il est déjà plus complet qu’une bonne partie des triples A actuellement disponibles (et certainement largement plus que les soixante millions d’early access « prometteuses » de steam…), c’est sans vergogne que Star Citizen s’affiche sur ce classement. 2018 fut une année charnière pour le titre de Chris Roberts, qui voit enfin un début de développement conséquent, une unification des différents modules qui promettaient tant, individuellement parlants, mais tenaient davantage de la démo technique que du projet final. Enfin, on peut se poser sur une véritable planète, au cœur d’un système solaire en perpétuelle rotation regorgeant de secrets et d’activités.

Le flop jeux vidéo 2018 de Twik

Les meilleurs et les pires jeux vidéo de 2018 selon la rédac'
Assassin’s Creed Odyssey / Ubisoft

Assassin’s Creed Odyssey

Le crédo de l’assassin épisode 163 te permet d’incarner un héros bondissant, mortel et gracieux dans un monde ouvert où tu pourras t’adonner aux joies du parkour. Et si tu as une impression de déjà vu, c’est que rien n’a changé depuis le dernier épisode, si ce n’est la nationalité du héros et deux trois bribes de gameplay, suffisamment pour qu’on te revende ça 60 euros, microtransactions non incluses bien évidemment.

Battlefield V

Dans la lignée des licences exploitées jusqu’à la moelle, je demande ton traditionnel FPS sur la seconde guerre mondiale comme tu ne l’as jamais vu auparavant. Sauf que tu vas tirer sur des nazis, faire exploser des tanks et des avions, comme à chaque fois. Un solo sur des rails, un multijoueur qui ressemble fichtrement au précédent opus, lui même calqué sur son grand frère, et tu as la recette traditionnelle de Battlefield, ou de Call of Duty pour ce que ça change, même si on te jurera que les deux jeux n’ont rien à voir. Allez, on se revoit pour Battlefield Vietnam.

Dayz standalone

Il y a quelques années, ce titre en alpha promettait monts et merveilles. On lui pardonnait ses imperfections et ses bugs, parce qu’il y avait une âme, une courbe de progression impressionnante et un sacré plaisir à batailler sec pour sauver son personnage contre la faim, la soif, les zombies et bien plus inquiétant, une cinquantaine d’autres joueurs déterminés à piller ton cadavre. Dayz est sorti en version définitive désormais, et on ne peut plus lui pardonner la liste abyssale de bugs qui n’ont toujours pas été corrigés, certains ayant même été aggravés au fil de mises à jours perpétuellement en retard et toujours inefficaces. Les développeurs sont même parvenus à transformer l’interface déjà hideuse en une espèce d’hybride plus moche encore, et tellement moins intuitive. On marche sur la tête.

Advertisement
(Visited 1 times, 2 visits today)
1 2 3 4 5

À propos de l'auteur

Avatar

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.