[Critique] 68 Kill, gare aux femmes ?

0

C’est l’histoire d’un type soumis à sa copine. Manque de pot, celle-ci est également une psychopathe de service qui n’aime rien de mieux que de transformer un braquage en scène de crime. Pour s’en sortir, le pauvre gars devra apprendre à faire face à sa castratrice et à une belle brochette de campagnards dégénérés. Si ce pitch vous paraît familier, pas de panique : vous voilà dans 68 Kill.

La violence c’est rigolo. Sans vouloir jouer les vierges effarouchées, il faut reconnaître que rire de l’hyperviolence demande un certain doigté. 68 Kill choisit de s’y vautrer avec une autosatisfaction limite malsaine, que seule la sincérité remarquable de son interprète principale sauve de la noyade. Par exemple, doit-on rester hilare face à l’obsession maladive d’un des personnages pour la torture ? Le long-métrage en semble convaincu.

Une femme ça aime le pognon. Cette phrase vous interpelle ? Gare alors à l’indigestion devant 68 Kill, où les femmes sont toutes libidineuses, vénales, folles à lier ou dangereuses à en mourir. Si les hommes possèdent les mêmes défauts, ils ne sont pas au final ceux dont il faut se méfier, sous peine de danger.

68 Kill n’a pas encore de date de sortie en France mais a été diffusé au PIFFF 2017, qui a dévoilé son palmarès ce dimanche 10 décembre.

Advertisement
(Visited 55 times, 1 visits today)

Avis

4 Facile
  • Votre avis (0 Vote) 0

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.