[Critique DVD] Enfant 44, perdre la traque

0
Share Button

NDLR: Retrouvez le test technique et des bonus en bas de page.

La sensation de gâchis qui ressort d’Enfant 44 laisse paradoxalement transparaître un potentiel certain. Fort d’une époque pleine de contradictions, le récit recèle une grande quantité de thématiques aux portées multiples qui ne demandent qu’à prendre leur envol. Encore aurait-il fallu pour y parvenir un cinéaste fort d’un point en vue en lieu et place d’un technicien mal appliqué.

En pleine URSS victorieuse, on épouse le parcours de Léo Demidov et de sa traque désespérée pour arrêter un violeur d’enfants. Le récit colle à un Tom Hardy sensible et laisse transparaître mécaniquement le fil d’une intrigue à la fois riche et dispersée. Le casting s’applique à faire avec la même application le travail et nous aurions pu avoir au minimum une enquête entraînante à suivre, mais une chasse aussi convenue ne survit pas avec une mise en images si peu inspirée.

Daniel Espinosa fait appel pour chaque situation (dramatique, d’action …) au saint-Graal du cliché audiovisuel. Il ne lésine ni sur une musique affreusement générique ni sur une quinzaine de plans pour un échange dialogué et parvient à aplanir le retournement de situation le plus prenant. Un regrettable échec.

Enfant 44 sort aujourd’hui en Blu-Ray, DVD & VOD.

(Visited 3 times, 1 visits today)

Avis

5.8 Décevant

Il est difficile de savoir si l’on doit se réjouir d’un transfert fidèle à la platitude photographique du film. La direction artistique plonge l’URSS en pleine esthétique grisâtre où chaque pièce de bâtiment, chaque extérieur et chaque coin de forêt se ressemblent à s’y méprendre. Distrait par un tel manque d’inspiration, on en oublierait presque un transfert finalement plutôt solide en l’état.

Côté son, la même problématique s’applique au mixage d’origine. Ce dernier présente des effets sonores et des dialogues équilibrés et audibles que le 5.1 du DVD fait entendre avec efficacité. Pourtant, une partition sonore impersonnelle agit comme un bourdonnement qui ne fait que surligner chaque situation. Sa présence superflue est renforcée par un mixage qui la place à un bas niveau d’écoute.

Passé quelque peu sous les radars en dépit de son casting poids lourd, Enfant 44 bénéficie pour sa sortie DVD du minimum syndical sur le plan des bonus. Outre la classique bande-annonce d’usage, nous avons le droit à un module intitulé « Dans les coulisses d’Enfant 44 ». En sept petites minutes, on nous déroule un inventaire du travail colossal effectué par l’équipe artistique afin de reconstruire avec précision l’époque. Révélateur si il en est, seule une petite minute trente ouvre sur l’apport de Daniel Espinosa à la mise en scène. On regrettera l’absence de chapitres, nous rappelant l’âge de pierre du support DVD.

  • Film 4
  • Image 8
  • Son 8
  • Bonus 3
  • Votre avis (0 Vote) 0
Partagez

À propos de l'auteur

Emyr Phœnix

Shooté au cinéma depuis son plus jeune âge, c’est avec une insatiable curiosité qu’il guette le prochain rubis filmique susceptible d’être révélé. Même si ça ressemble à une aiguille dans une botte de foin.

Réagissez !