Critique The Lighthouse : une plongée vers la folie exemplaire et singulière

Tout droit sorti des studios A24, The Lighthouse déboule enfin ! Plus de 4 ans après The Witch, Robert Eggers revient avec un film tout aussi étrange, centré sur 2 gardiens de phare.

Présenté à Cannes, Deauville et au festival TIFF, on attendait beaucoup de ce nouveau film de Robert Eggers. Après une proposition pleine de radicalité en 2015 avec The Witch, le réalisateur nous abreuve encore une fois d’inspirations mythologico-fantastiques avec The Lighthouse. Mené par Robert Pattinson et Willem Dafoe, tourné en noir en blanc avec un ratio de 1:19:1, on tient une des propositions cinématographiques les plus singulières de l’année !

critique The Lighthouse
© A24

Dans les années 1890, deux gardiens de phares viennent relever l’équipe précédente sur un îlot éloigné des terres (lieu unique du film, où l’action évolue entre le phare, une cabane et le rivage rocailleux) . Ils vont devoir y rester quatre semaines mais la tempête empêchera le bateau de venir les chercher. S’ensuivra une longue plongée vers la folie, au moment où ces 2 personnages cacheront chacun leurs motivations et secrets.

Si l’intrigue globale et la fin n’aura pas de grande surprise quand on connait les inspirations de Eggers (Prométhée et Protéus) ou encore son précédent film, The Lighthouse est captivant de bout en bout. De son plan d’introduction brumeux et magnifique jusqu’à son final ésotérique, on a affaire à un vrai film d’auteur maîtrisé.

Une merveille visuelle d’un autre âge

Tourné avec des objectifs vieux de près d’un siècle, le noir & blanc de The Lighthouse flatte la rétine via des plans méticuleusement composés. La photographie de Jarin Blaschke en 35mm est d’une netteté absolue, offrant des panoramas marins dignes d’Eisenstein et une utilisation des effets de lumière proprement saisissante.

C’est simple, on est en fascination constante tout au long du métrage, qui a souvent des airs de conte noir d’un autre temps. Une superbe réussite ni plus ni moins, dévoilant par ailleurs quelques plans oniriques ou cauchemardesques semblant tout droit sorti de légendes marines (sirènes) voire Lovecraftiennes (joyeusetés dotées de tentacules).

critique The Lighthouse
© A24

The Lighthouse brille évidemment pour la qualité de ses acteurs. Willem Dafoe est irrésistible en capitaine Achab bougon, porté sur la boisson et les inepties (les saillies burlesques du film sont souvent liées à son personnage, on notera un monologue savoureux de presque 2 min). Du grand acting !

Quant à Robert Pattinson, il livre sans aucun doute une de ses meilleures performances (avec Good Time et High Life) en campant un individu peu locace au passé trouble, qui lentement implosera dans des proportions démoniaques. Un duo qui porte le film à merveille tout simplement !

Une lumière de phare presque sans zone d’ombre

Le récit est globalement d’une fluidité exemplaire, avec un sentiment d’étrangeté, de tension sourde permanente qui captive. La musique de Mark Korven, anxiogène à souhait, et le sound design (le son strident et rugissant des machines du phare) participent grandement à la construction de cette ambiance. On pourra peut-être regretter un final, certes réussi, mais plutôt attendu (d’aucun pourrait même parler de scolaire et appliqué).

Reste que The Lighthouse est un film complètement cohérent dans sa fabrication autant que son fond. Traitant à la fois de la solitude, la condition humaine, de luttes de pouvoirs, de masculinité, de regrets enfouis et des fautes du passé, Robert Eggers signe un film d’une efficacité et d’une originalité admirable. Allié à à un duo d’acteurs impérial et un visuel millimétré de toute beauté, The Lighthouse prône l’originalité en étant à contre-courant des carcans de l’industrie actuelle. Et c’est la seule raison à donner pour voir cet OVNI.

The Lighthouse est sorti en salles depuis le 18 Décembre 2019

Avis

8 Très bon
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

CharleyD

Leave A Reply