[Critique] À vif ! drame sans sel

Pinterest LinkedIn Tumblr +

Les émissions culinaires envahissant notre télévision, il paraît logique de voir la cuisine s’attaquer au cinéma et après Chef tantôt, au tour de À vif ! de nous mijoter quelque chose. Mais il ne faudrait pas non plus nous arnaquer sur l’addition.

Un casting cinq étoiles cherche à en obtenir une troisième aux fourneaux tout en nous rejouant la carte de la rédemption. Là où le film de John Favreau nous parlait famille, twitter, et plein d’autres choses sympathiques, celui de John Wells se montre bien vide. On peine à s’intéresser à ce Chef imbu de lui-même, antipathique, dont l’objectif de vie n’intéresse personne à part lui-même. Et si le réalisateur cherche à nous vendre le bonhomme à grands renforts de scènes pathos, force de reconnaître qu’il y a plus d’intrigue et de sentiments dans Top Chef. Et il ne faut pas compter sur les nombreux plans rapprochés pour tenter de nous faire croire que Bradley Cooper sait cuisiner.

Malgré ses clichés et son personnage principal imbuvable, À vif ! n’est pas non plus un désastre complet. Notamment pour Omar Sy s’offrant sans doute LA séquence du long-métrage. On aurait juste aimer qu’on ne veuille pas nous faire passer un plat de fast-food pour de la haute gastronomie.

À vif ! sort le 04 novembre 2015 au cinéma

Share.

Leave A Reply

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.