[Cannes 2017] La journée de l’accrédité : une Nicole Kidman, deux Nicole Kidman, Trois Nicole… (jour 6)

Après le sublime Vers la lumière de Noami Kawase, j’ai eu l’opportunité de découvrir le premier épisode de la nouvelle saison de Top of the Lake de Jane Campion, une série dont j’avais beaucoup apprécié la saison 1. C’est aussi une grosse révolution pour le Festival de Cannes qui n’avait jamais montré de série auparavant en séance spéciale.  Viva la revolución !

Ensuite à 15h précise, le temps s’est arrêté à l’occasion d’une minute de silence après un discours de Thierry Frémaux sur l’attentat à Manchester. Suspendu, mais pas dans le silence du fait du tapotement de certains journalistes sur leur clavier qui visiblement avaient trop de boulot…

Revenons au cinéma et à la nouvelle définition que je vais soumettre à l’Académie française : Cinéma : un art avec Nicole Kidman dedans. En effet, l’actrice américaine a profité de notre inattention pour littéralement envahir les écrans. Le dimanche, je l’ai vu jouer une punk ; le lundi, c’était une ophtalmo ; aujourd’hui, c’est une mère féministe. À ce rythme-là, je vais bientôt la voir partout et on me fera interner d’ici la fin du Festival. Heureusement, j’espère obtenir un moment de répit avec les projections de demain.

(Regarde son programme)

Les Proies de Sofia Coppola. Avec vous savez qui.

Retrouvez tous nos articles consacrés au 70e Festival de Cannes ici.

About Author

Nicolas Diolez

Leave A Reply