[Critique] L’Impasse : De Palma ne prend pas une ride

Ressorti en salle le 30 octobre, L’Impasse de Brian de Palma, brille encore de mille feux. Une occasion en or de redécouvrir un film réalisé par une main de maître.

Carlito Brigante, alias Al Pacino, sort de prison et jure de ne plus mettre un pied dans le business mafieux. Or, gangster un jour, gangster toujours. Le passé rattrape ce personnage plein de repentir, le plongeant une nouvelle fois dans les noirceurs d’un milieu sans pitié.

Quentin Tarantino déclare être allé voir le film cinq fois lors de sa sortie en salle le 23 mars 1994. En effet, L’Impasse demeure un classique De Palmien parfois laissé injustement de côté. Sa caméra prend une réelle autonomie, se détachant des personnages, créant une atmosphère mélancolique inimitable. Ces mouvements aériens nous coupent le souffle, engendrant un dédale nostalgique et sombre dans lequel un héros erre, hanté par ses erreurs antérieures.

Al Pacino et Sean Penn forment un duo culte, dirigé par un cinéaste accompli, signant sans aucun doute son œuvre la plus complexe et la plus mature.

L’Impasse a débarqué le 23 mars 1994 dans nos salles.

Article écrit par Cécile Ravidat.

Avis

10 Parfait
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Avatar

Leave A Reply