Critique Superman & Lois saison 1 : le meilleur Superman ?

Le pilote (notre critique) nous avait charmé, le reste de la première saison de Superman & Lois aura fini de nous convaincre, c’est de loin la meilleure série de CW.

Déménagés à Smallville, les Kent apprennent à gérer la vie de famille alors même qu’une menace kryptonienne pèse sur la petite ville du Kansas. Créée comme un spin-off de Supergirl, il n’aura pas fallu grand-chose pour que Superman & Lois ne claque méchamment au sol toutes ses cousines super-héroïques. Une réussie incontestable.

Critique Superman & Lois saison 1 : le meilleur Superman ?
©facebook/CWSupermanAndLois

Développé par Todd Helbing et l’immuable Greg Berlanti, le show de CW vient donc tout fracasser sur son passage, faisant fi des purges télévisuelles que sont devenues The Flash ou Batwoman, pour établir une nouvelle mythologie de l’Homme d’Acier, rendu ici plus humain que jamais au contact de sa famille et de problématiques résolument personnelles. Pourtant, le casting nous laissait présager du pire, mais on se doit de reconnaître combien on avait tort.

Family of Steel

Evidemment, qui dit CW, dit rebondissements parfois prévisibles et storylines délavées dont le rallongement scénaristique, l’aspect teenage et les amourettes lycéennes viennent cannibaliser innocemment ce qui reste pourtant comme l’itération de Superman la plus réussie à l’heure actuelle. On vous entend déjà grogner dans le fond, mais c’est pourtant le cas. Quelques faiblesses ici et là ne parviennent pas à ternir un show assumé et pertinent, en parfaite adéquation avec sa promesse originale.

Certes l’intrigue principale, avec la vaine tentative de replacer des esprits kryptoniens dans le corps des habitants de Smallville sent bon le scénario expédié en deux coups de cuillère à pot. Mais elle permet surtout de développer les relations des enfants Kent, jumeaux aussi inséparables qu’ils sont antonymiques, avec le beau gosse dépourvu de pouvoir et l’introverti doté des capacités de papa. De même, Tyler Hoechlin livre ici une prestation de Superman absolument parfaite, capable de porter la cape ou les lunettes de façon rutilante ou en toute humilité. Un sentiment renforcé par le cœur du show en la personne de Elizabeth Tulloch, elle aussi remarquable en journaliste aguerrie et maman poule redoutable.

Critique Superman & Lois saison 1 : le meilleur Superman ?
©facebook/CWSupermanAndLois

Des dichotomies qui s’agencent donc très bien, pour propulser Superman & Lois vers de plus sérieux arcs narratifs, dont la xénophobie ou l’ostracisme, dans de poignantes scènes. Néanmoins, rassure-toi, la série de CW n’oublie pas son passif SF en présentant assez discrètement mais de façon habile la présence du multiverse avec une sous-intrigue mettant en scène Wolé Parks (transpirant le charisme) en victime du Superman d’un monde parallèle. De quoi alimenter l’adage selon lequel « l’ennemi de mon ennemi est mon ami ». Ça se bastonne sec, sévèrement et sans paraître kitch, parce que de sérieuses menaces continuent de peser sur le Monde et ce malgré la protection efficace du boy-scout de DC Comics.

Ainsi, ces développements permettent à Superman & Lois de nous offrir des effets spéciaux particulièrement probants pour une série CW, où les envolées spectaculaires n’ont d’égales que les armures robotisées et les interfaces graphiques bien fichues. Sans compter sur l’aspect général de la série, abandonnant les traditionnels angles multiples pour n’utiliser qu’une seule caméra et donc des plans plus léchés que d’ordinaire. Seul bémol dans cette réalisation correcte, l’absence d’un score notable, mais c’est vrai qu’il est difficile de remplacer l’iconique thème de John Williams du personnage encapé.

Superman & Lois parvient donc aisément à prendre son envol et à s’émanciper de ses cousines super-héroïques de CW pour nous proposer une aventure inédite et diablement attachante. Vivement la saison 2.

La saison 1 de Lois & Superman est disponible sur CW.

Avis

8 super !
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Entre deux passages sur le billard pour ressembler à l’arme X, ce créateur marginal allie réalisation et graphisme à l’écriture pour s’évader vers une galaxie lointaine. À l’affut de toute image mouvante, sa passion pour le cinéma et les séries ne s’estompe que pour fragguer quelques noobs.

Leave A Reply