Critique spectacle – Playland : pas besoin de manette pour jouer !

Playland est un spectacle de mime riche en action, qui nous emmène avec beaucoup d’originalité dans l’univers des jeux vidéo.

Après un réveil un peu difficile, Play se prépare à démarrer sa journée et décide de tester sans attendre le nouveau jeu vidéo qu’il vient de recevoir. Mais il n’est pas prêt à ce qui l’attend ! Car il se fait aspirer par sa console et devient le héros de Playland ! Et si ce spectacle sans paroles ne nous a pas particulièrement séduits, notre avis n’en sera pas moins positif car ses qualités sont indéniables et méritent amplement d’être saluées. Pour le reste, comme toujours, ce n’est qu’une affaire de goût, et de sensibilité…

Une prestation généreuse

Il faut avant tout applaudir bien fort ce comédien aux ressources inépuisables ! Car c’est à une véritable performance physique qu’il se livre, seul en scène, pendant un peu plus d’une heure. En effet, il enchaîne sans répit les courses, montagnes russes, plongeons et autres cascades, quand il ne tente pas de ranimer un moustique ! Et tout cela avec une folle énergie positive qui ne faiblit jamais. Boutros El Amari est entier, sincère, et incroyablement généreux. Attendrissant lorsqu’il joue avec les bulles ou que son cœur s’emballe pour la princesse ; drôle quand il prend le volant et fait la course avec un personnage largement plus imposant que lui ; étonnant quand il se retrouve à évoluer dans l’eau…

Critique-spectacle-Playland1

Playland nous en met plein les yeux !

Il faut ensuite applaudir tout aussi fort la mise en scène qui est, elle aussi, en mouvement permanent ! Pas de décor, mais des musiques, bruitages et jeux de lumières incessants et très réussis qui nous plongent dans différents environnements et peignent des atmosphères bien distinctes. On se retrouve ainsi en pleine tempête, sur des montagnes russes, ou encore sous l’eau, comme si nous y étions ! Et c’est drôle car, en y repensant, on a dans la tête un tas d’images et de décors qui n’existaient pourtant pas sur scène, mais que le comédien a su rendre visibles autrement.

Un spectacle qui stimule notre imaginaire

Même si on ne reconnaît pas forcément toutes les références évoquées, il y en a quand même quelques-unes qui parlent à tout le monde, comme Star Wars, La Reine des neiges, ou encore Super Mario et Mario Kart qui sont assez présents. Et puis, cela n’est pas vraiment gênant car les univers dans lesquels nous nous retrouvons plongés pourraient sans mal appartenir à n’importe quel jeu vidéo. Il y a des princesses, des monstres, des dragons, des murs qui bougent, des voitures qui filent à toute vitesse, des champignons qui font grandir… Et ce spectacle laisse la part belle à notre imagination et à notre âme d’enfant.

Une partie un peu trop longue

Bon, nous allons quand même finir par vous dire ce qui nous a moins plu dans ce Playland. En réalité, nous aurions davantage apprécié si le spectacle avait été moins long. Car certaines scènes sont un peu répétitives et, une fois que l’on a compris la mécanique de l’action, on finit par se lasser. Quant à Play, à ses mimiques un peu exagérées nous aurions préféré quelque chose de plus fin et subtil. Idem pour les bruitages que l’on aurait aimés un peu plus travaillés. Mais, que l’on adhère ou pas à ce personnage et à son univers, le plaisir que prend Boutros El Amari à nous offrir ce spectacle est admirable et nous a touchés. D’autant que la fin est inattendue et referme joliment ce spectacle auquel nous souhaitons une bien jolie vie. Un moment à vivre en famille ou entre amis, avec ou sans enfant !

Playland, avec Boutros El Amari, mise en scène par Boutros El Amari, se joue à La Comédie Saint-Michel, à Paris, du 10 au 31 août 2019, les mardis à 16h30, les samedis à 20h et les dimanches à 16h45.

Critique-spectacle-Playland
7 Avis
  • User Ratings (0 Votes) 0

About Author

Mélina Hoffmann

Leave A Reply